Problèmes de dos: Les massages plus efficaces que les médicaments

Selon une étude publiée le 5 juillet dans la revue Annals of Internal Medicine, dix semaines de massages seraient plus efficaces contre les problèmes de dos qu’un traitement médicamenteux et auraient des effets plus durables.

Le Group Health Research Institute a examiné les effets de différentes pratiques, comme le massage suédois, ainsi que des techniques structurelles pratiquées par des professionnels, sur 400 patients de 20 à 65 ans, souffrant de douleurs chroniques.

Au bout des dix semaines de traitement, 40% des patients déclaraient que les douleurs avaient totalement disparu, contre 4% des patients du groupe traité par des médecins à l’aide de substances médicamenteuses.

Dans une étude antérieure, publiée dans la même revue en 2008, le National Institute of Health suggérait que la thérapie par le massage avait des effets bénéfiques sur les personnes souffrant de cancer avancé.

Lire l’étude: annals.org/content/155/1/1.abstract?aimhp
Article complet datant de Juillet 2011, sur lapress.ca

Anxiété, stress et massages de bien-être

De l’origine du stress à l’éveil de la conscience ou la prise en charge éducative de l’anxiété par le massage-bien-être.
Article de Roger DAULIN, Vice-Président de la Fédération Française de Massages de Bien Etre de 2009 à 2015.

En quoi le stress et l’anxiété participent à l’évolution humaine ? Faut-il les combattre ? Sont-ils nécessaires pour dégager les incohérences de nos attitudes ? Le stress et l’anxiété contribuent-ils à l’éveil de la conscience ? Faut-il se féliciter de vivre des moments anxiogènes afin de modifier nos comportements ? Et enfin, en quoi les massagesbien-être, par leur dimension éducative, ont-ils un rôle majeur à jouer dans notre bien-être ? Provocante cette introduction ? Pas tant que cela ! C’est imaginer pouvoir vivre sans stress qui est une hérésie. Dans toute son histoire, l’être humain a été confronté à l’incertitude et au changement. A chaque tournant de sa vie, le stress l’a accompagné tout comme l’anxiété, pour le meilleur comme pour le pire. Du trouble anxieux, de la phobie jusqu’à l’état de stress, l’homme a toujours éprouvé une certaine inquiétude visà-vis des chemins à emprunter, des choix à faire et des conséquences à venir. La sensation d’une tension extérieure pose des questionnements. Face à une situation particulière ou à un objet spécifique, l’homme est interpelé par des ressentis qui suscitent des émotions et de l’agitation. En fait, ces sensations sont nécessaires afin d’orienter un comportement ou influencer une réflexion. Elles sont utiles et non maîtrisables dans leur émergence. Elles nous préparent à faire face à des situations heureuses ou difficiles, en anticipant ou en réagissant.

L’anxiété tout comme le stress sont incontournables. Toutefois, c’est la dimension excessive de ces vécus qui nécessite un accompagnement. Bien sûr, les troubles anxieux perturbent le comportement, les pensées, les sentiments ainsi que les perceptions physiques. Cependant, ils doivent être interprétés comme des signaux riches d’informations sur notre état intérieur, sur ce qui est touché, à l’instant présent. Cet état d’alerte est-il à combattre alors qu’il nous informe que notre comportement et notre représentation de l’événement ne sont pas adaptés ? Faut-il réduire au silence un fonctionnement utile à notre évolution ? Faut-il positionner l’anxiété par exemple comme une pathologie pour ensuite la médicaliser et l’amener à disparaître du champ de conscience de l’individu ? Les travaux de recherche de Ap Dijksterhuis et Loran Nordgren rendus publics en 2006 créditent l’orientation qui consisterait « à laisser passer l’information du cortex préfrontal vers le champ de conscience » afin de permettre à l’individu d’aboutir à la solution la plus pertinente pour son bien-être. Qu’est-ce que cela suppose ? En premier lieu, le cortex préfrontal est considéré comme l’une des régions la plus évoluée du cerveau. Cette zone du cerveau n’a de cesse de traiter les informations avec finesse, sensibilité et justesse en mettant en jeu une remarquable capacité d’adaptation. En résumé, le cortex préfrontal fait du « sur-mesure ». Si les autres régions cérébrales mémorisent, traduisent, répètent, agissent certes avec promptitude mais parfois sans discernement, le cortex préfrontal quant à lui, élabore avec une grande flexibilité et plasticité des solutions de croissance, d’évolution et de transformation en tenant compte d’informations issues de l’inconscient. Il est ainsi en mesure d’accepter des situations nouvelles en les traitant de façon singulière et spécifique. Il assimile des données qui ne sont pas encore « conscientes » pour la personne et délivre ainsi un message considéré comme « intuitif », un message qui « fait sens » !

Le cortex préfrontal, grâce aux informations innovantes qu’il élabore, ouvre notre champ de conscience et modifie notre regard sur l’événement. Il semblerait que le cortex préfrontal intègre des données profondes dont le sujet n’a pas encore conscience. C’est ainsi que lorsque le comportement de la personne s’éloigne de ce qui est de l’ordre de la cohérence et de la justesse pour elle, le cortex préfontal adresse à l’organisme un message spécifique, codifié comme stressant. Il s’agit d’un message certes primaire, mais il a l’énorme avantage d’être perçu par l’humain.

Encore faut-il qu’il identifie cette notion de stress, qu’il lui accorde une importance et de l’intérêt. Décoder l’information ainsi envoyée par le cortex préfrontal n’est pas une mince affaire ! D’ailleurs est-il souhaitable de toujours chercher à décoder ? Il suffit souvent d’être attentif à ce qui se passe intérieurement, disponible, réceptif, sensible… Le neuropsychologue américain Antonio Domasio précise que le cortex préfrontal fabrique un état de stress au vu d’informations susceptibles de créer un danger immédiat ou différé. Antonio Domasio attribue au cortex préfrontal l’appellation de « conscience-noyau ». Celui-ci serait en lien avec le thalamus engyrus cingulaire, zone ancienne de l’évolution de l’espèce humaine, similaire à celle des animaux et qui aurait atteint chez l’homme un niveau de « guidance » et de conscience éclairée. Lorsque l’être humain est face à une situation de changement, les mouvements automatiques adaptés aux situations de routine ne produisent pas alors des résultats très pertinents. Le cerveau préfrontal détecte cette incohérence. S’il ne peut en aucun cas déjouer le phénomène de répétition qui s’engage, il lui est possible malgré tout d’adresser à l’ensemble du corps un message d’alarme (stress) soulignant l’ambiguïté voire le côté inapproprié de la réponse qui se met en place. Ce stress indique que la solution pour l’instant choisie n’est pas compatible avec l’équilibre du corps, le niveau d’homéostasie. Une mauvaise gestion de la situation est ainsi signalée.

Le stress révèle un conflit entre un mode réactif, automatique, lié aux conditionnements, aux attachements , aux habitudes et un mode adaptatif qui souligne l’évolution et la croissance. A l’institut de médecine environnementale de Paris, Camille Lefrançois, docteur en psychologie cognitive évoque que la prise de recul, la capacité à laisser le questionnement jouer son rôle face à la situation présente, à accepter l’intervention du stress et sa dimension éducative atténuent les effets dits négatifs de celui-ci. Quelle place pour les Massages-Bien-Être ? Comment le cortex préfrontal peut-il être sollicité? Le cortex préfrontal est sollicité dès lors qu’une pratique conduit à l’acceptation du vécu de son corps à l’instant présent, qu’une prise de recul est engagé et que le consentement à vivre en état de conciliation, d’ouverture et de compassion avec soi-même soit réel. Le stress est pour beaucoup l’ennemi numéro 1 à combattre et à gérer. « Gérer le stress » est d’ailleurs une absurdité : le stress ne se gère pas ! C’est comme parvenir à « gérer notre inconscient » ! Il serait sage de renoncer à cette vélléïté de toute puissance. En revanche, il est possible de modifier son regard, son rapport aux personnes et aux situations, de modifier ainsi sa posture, sa distance pour une plus grande qualité relationnelle avec soi et les autres.

Eva Jonville et Camille Lefrançois précisent « que l’on dispose aujourd’hui de suffisamment d’indices scientifiques pour penser que le stress n’est qu’un message émis par une partie de notre cerveau pour attirer notre attention sur le fait que nous devons adapter nos conduites à des conditions nouvelles. » Le massage-bien-être, dans sa dimension éducative par le toucher, a bien évidemment un rôle majeur à remplir dans ce contexte. La relaxation corporelle par le MassageBien-Être est une pratique permettant d’offrir au bénéficiaire un temps de « lâcher-prise » facilitant la déconnexion des mouvements réflexes de l’organisme.

Les massages-bien-être préparent le cerveau à agir différemment. Ils fournissent une attitude distanciée prémice d’une réponse élaborée sur d’autres bases que sur celles des automatismes. Cette relativité émergente favorise un mode adaptatif, porteur d’ouverture au changement. Il en résulte une attitude plus flexible et des réponses plus nuancées. Le cortex préfrontal activé ainsi par les massages-bien-être offre au bénéficiaire une perspective élargie de la situation, moins « verrouillée » par des à-priori, et par des conditionnements. Le stress, ne l’oublions pas, est un message transmis par une partie de notre cerveau afin que nous modifions quelques règles de vies, et certaines conduites à risque pour notre bien-être.

Le stress ne serait-il pas un moyen intérieur permettant de faire progresser le niveau de conscience de l’humain ? D’intégrer plus d’humanité dans son cheminement ? Il est certain aujourd’hui que les situations enfermantes, sclérosantes et répétitives sont un important facteur de stress et d’anxiété. Le cortex préfrontal est le lien entre la conscience et le corporel. Il encourage et stimule les remises en cause et accompagne le changement. La « non-acceptation » que tout soit mouvement impermanent crée le conflit. Le cortex préfrontal en agissant sur le complexe amygdalien-hypothalamushypophyse émet des signaux et souligne ainsi la nécessité de passer sans cesse à d’autres modes de traitement des situations. Cela suppose des prises de consciences régulières sur ce qui nous anime et nous entoure. C’est alors que l’impact du stress diminue. Le stress et l’anxiété nous invitent à un changement de comportement. C’est leur rôle. En le comprenant, en étant à l’écoute du corps et de ses différents messages émotionnels, les effets indésirables de l’anxiété et de stress se stabilisent et diminuent.

Les massages-bien-être, en proposant un état de relaxation musculaire, un ralentissement du rythme respiratoire et cardiaque, une détente de la région abdominale, déclenchent une réaction physiologique qui neutralise la montée en puissance de l’anxiété, du stress, tout en participant à la mise en place d’un état corporel plus pacifié, moins divisé. Les massages-bien-être, par leur dimension éducative, contribuent à une plus grande connaissance de soi et à une meilleure adaptation aux conditions d’une société sans cesse en mutation.

Roger DAULIN Vice-Président de la FFMBE de 2009 à 2015.

Pour lire l’article dans son intégralité et sa source d’origine sur le site de la FFMBE: https://www.ffmbe.fr/fileadmin/user_upload/publications/Anxiete__stress_et_MBE_01.pdf

Carte cadeau pour la Saint Valentin

La saint Valentin approche à grand pas ! C’est peut être le moment pour vous de vous offrir un instant de douceur en amoureux ?!

L’être en a’corps vous propose sa carte cadeau pour un massage en duo d’une heure ou une heure et demi, au sein de l’espace Mandala à Aix les Bains ou à votre domicile.

Tarifs 2019:

1h de massage en duo au cabinet: 110€
1h de massage en duo à domicile: 150€

1h30 de massage en duo au cabinet: 150€
1h30 de massage en duo à domicile: 190€

*Votre domicile étant situé aux alentours d’Aix les Bains.
Pour plus d’informations vous pouvez consulter la page « massages de bien-être » ou me contacter au 06 63 53 31 70.
Commande par email: mudry.emilie@gmail.com ou envoi d’un chèque à l’Espace Mandala, 51 route de Pugny, 73100 Aix les Bains.

Interactions corps-esprit, les 5 clés de l’épigénétique

Morceau choisi d’une interview de Joël de Rosnay, Biologiste et prospectiviste, paru dans le hors-série « Sciences et Avenir » de Janvier 2019.

« Depuis quelques temps vous communiquez beaucoup sur l’épigénétique. De quoi s’agit-il, et comment trouve t’elle sa place dans ces interactions corps-esprit? »

« D’abord une définition: le terme épi veut dire au-dessus, au-delà. L’épigénétique est donc une sorte de méta-programme qui agit sur le programme génétique. Pour faire la comparaison avec un ordinateur, vous avez d’un côté un programme figé qui le fait marcher et, « au-dessus », des applis qui permettent de le moduler. Par exemple d’écouter de la musique en regardant la météo ou les news. De manière analogue, en biologie, il existe le programme génétique de base qui détermine la fabrication des protéines et des enzymes. Et, « au-dessus », des applis que l’on peut contrôler soi-même et qui permettent de moduler l’expression des gènes: allumés, éteints, plus ou moins actifs. Alors que nous avons pensé pendant très longtemps que nous étions complètement déterminés par notre programme génétique, nous le savons aujourd’hui modulable. Il est donc possible d’agir et de faire quelque chose pour soi. »

« De quelle manière? »

 » Les cinq clés: une nutrition équilibrée, c’est fondamental, peut-être même la priorité des priorités; la pratique régulière d’une activité physique, 20 à 30 minutes par jour, même s’il s’agit simplement de marche; la gestion du stress par la respiration, le yoga, la méditation…; le plaisir, que l’on oublie trop souvent à cause des injonctions séculaires de l’Eglise, mais qui est le moteur de la vie, l’harmonie du réseau social, familial, professionnel. Cette harmonie-là favorise la sécrétion d’hormones: endorphines, ocytocine, dopamine qui créent dans le corps un état de bien-être et contribuent au fonctionnement harmonieux des gènes et donc des organes. »

 https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/edito-le-patient-est-une-personne_130248

cof

Meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2019 !

En numérologie, 2019 est une année numéro 3, ce qui en fait une année de créativité, d’expression de soi et d’alignement.

Chaque numéro a une vibration et des caractéristiques uniques.

2019 est une année exaltante pleine de potentiel, car elle vibre de l’énergie du chiffre 3, représentant le courage, l’optimisme, le bonheur, les nouvelles possibilités et l’incroyable opportunité de nous rapprocher de la possibilité de vivre selon notre plus haut potentiel ici sur Terre.

L’amour de soi, prendre soin de soi et s’accepter totalement sont étroitement associés à ce nombre, ainsi que l’attraction de véritables connexions mutuelles d’âmes, profondes et authentiques.

2019 sera une année de transformation spectaculaire, qui apportera une profondeur significative à tous les types de relations. Nous verrons clairement qui et ce que nous avons autour de nous et examinerons de près la direction dans laquelle nous nous dirigerons. Tout ce qui ne résonnera plus avec nous-même se désintégrera naturellement pour laisser place à des situations et des circonstances plus épanouissantes et satisfaisantes pour notre âme, et nous nous éloignerons de tout ce qui provoque systématiquement des tensions ou conflits.

La dernière fois que nous avons vécu une année «3» qui a changé notre vie remonte à 2010, et comme notre univers tout entier fonctionne par cycles, nous verrons comment ces cycles se déroulent dans notre vie personnelle. Tous les schémas/programmes qui ont commencé ou qui sont devenus notables il y a 9 ans seront heureusement sur le point de se terminer.

Les blessures émotionnelles qui nous ont été infligées en 2010 guériront pleinement en 2019; nous ne nous sentirons donc pas aussi sensibles/réactifs lorsque quelqu’un nous poussera dans des zones liées à un traumatisme de cette époque.

Les leçons difficiles qui nous ont été présentées, il y a 9 ans s’achèveront avec le début de 2019 et ce chapitre de notre vie que nous clôturons, commencera à prendre totalement sens. Nous aurons la force de fermer et de verrouiller enfin certaines portes et de faire pleinement la paix avec cette partie de notre passé. Avant que cela ne se produise, nous remarquons peut-être que nous nous sentons un peu plus nostalgiques que d’habitude, à mesure que de vieux souvenirs reviennent, ou que nous avons des rêves récurrents qui provoquent des émotions confuses. Cependant, cela ne fait que soulever des émotions douloureuses qui stagnaient depuis un certain temps, qui refont surface une dernière fois avant d’être libérées.

Pour beaucoup, 2018 a été une année riche en émotions, en turbulences et en errances, et il était souvent difficile de rester dans le moment présent et de voir clairement ce qu’il se passait dans nos vies. Il y a eu tellement de changements internes et planétaires qui se sont tous bousculés et vous avez pu vivre de nombreux mois de confusion totale et/ou d’égarement, vous sentant complètement désemparés. Vous avez peut-être même senti que vous aviez perdu le contrôle de vous-mêmes lors de certaines interactions ou situations.

Heureusement, en 2019, avec l’influence du chiffre 3, rassemblera notre passé, notre présent et notre avenir. Donc, au cours de l’année, nous nous sentirons beaucoup plus en harmonie et ancrés dans le moment présent.

En 2019, nous allons recevoir des informations qui nous parviendront sous forme « d’éclairs », ce qui nous permettra de commencer à tout voir de nouveau avec clarté. Nous nous sentirons en mesure de restructurer tout ce qui a été détérioré dans nos relations, nos amitiés, nos carrières ou même en nous-mêmes. Toutes les choses avec lesquelles nous semblions nous débattre, sont celles pour lesquelles nous sommes maintenant suffisamment préparés et armés pour  nous concentrer dessus.

Notre intuition sera forte et claire et travaillera dur pour nous permettre de savoir exactement ce que nous devons faire pour réparer ce qui s’est récemment brisé. Nous saurons aussi intuitivement ce qui vaut la peine d’être réparé ou ce qu’il est temps de libérer et de laisser partir définitivement.

Le pardon, la compassion et l’acceptation de tout ce que nous avons vécu en 2018 sont essentiels si nous voulons passer facilement et harmonieusement à 2019.

Nous nous sentirons plus confiants, plus sûrs de nous, plus autonome et tout à fait prêt à faire fusionner notre esprit, notre corps et notre âme pour la mission d’âme et le but que nous sommes venus incarner sur Terre.

Tout au long de 2018, nous sommes nombreux à avoir mis en place des bases solides pour notre avenir, parallèlement à des défis personnels et à des leçons de vie. Heureusement, ils nous ont apporté les connaissances et la sagesse nécessaires pour mener à bien cette nouvelle étape de notre chemin.

Le moment est venu de prendre tout ce que nous avons appris jusqu’à aujourd’hui et de le répandre au cours des 12 prochains mois. Nous pourrons le faire avec foi en la protection divine et en notre force intérieure, sachant que tout ce que nous avons traversé jusqu’à présent, nous a parfaitement préparé afin que notre avenir devienne plus fluide.

Collectivement, nous reconnaissons et acceptons que nous n’avons pas à garder dans notre vie, qui ou quoi que ce soit qui nous cause délibérément de la peine, des tensions et des traumatismes. Nous avons également réalisé que nous méritions de nous créer une vie où la paix intérieure et l’harmonie sont nos priorités – et malheureusement, parfois, nous avons dû déblayer beaucoup de branches/racines pourries. C’est toujours plus facile à dire qu’à faire, mais une fois que la décision a été prise et que les changements sont mis en place, la vie devient plus légère, plus lumineuse, plus claire et plus libre, et la motivation, l’inspiration et l’optimisme reviennent rapidement – et nous nous sentons plus revigorés et plein de dynamisme, car notre énergie vitale n’est plus « vampirisée ».

2019 sera une année de nettoyage, d’élimination, et d’abandon de tout ce qui ne nous fait pas du bien. Bon nombre d’entre nous avons déjà traversé une phase de désintoxication et de débroussaillage profonds en 2018, donc 2019 ne sera pas aussi intense, mais il reste encore quelques couches qui doivent être retirées.

Cette nouvelle année est Énergétique, c’est une année de Création à grande échelle, mais nous devons d’abord nous assurer que nous avons éliminé l’ancien afin de laisser une grande place pour faire entrer ces nouvelles énergies, qu’elles prennent racines et qu’elle s’épanouissent naturellement.

L’année 2019 est le point de départ d’une toute nouvelle mission, et lorsque nous atteindrons la fin cette année nous serons époustouflé de tout ce que nous avons été capable d’accomplir.

Lorsque nous avons la Foi, que nous sommes déterminés et concentrés, l’univers nous soutient en fournissant des signes spirituels et des opportunités pour que la Magie et les Miracles deviennent notre réalité.

Pour que nos objectifs puissent se manifester en 2019, il est essentiel que nous croyions pleinement en notre potentiel sacrée et en notre capacité de créer la vie exacte que nous voulons et que nous méritons.

Afin que la nouvelle année commence avec un flow d’énergie positive, nous devons dissiper tout ressentiment persistant du passé et nous concentrer sur nos intentions pour l’avenir avec une véritable intention de notre cœur. L’univers peut alors exploiter sa magie naturelle, harmonique, magnétiquement magique et nous connecter à tout ce qui résonne avec les vibrations que nous envoyons.

https://lapressegalactique.com/2019/01/02/2019-changement-majeur-dorientation/

Les capteurs de rêve

Les attrapes rêves, capteurs de rêves, dreamcatchers
ou attrapes songes

Leur fabrication:

Les attrapes rêves sont des objets artisanaux d’origine Ojibwé. Ils sont composés d’un cerceau, principalement en saule et d’un réseau de fils de la forme d’une toile d’araignée. Cette dernière comporte un trou en son centre. De nombreuses décorations, comme des plumes ou des perles, sont ajoutées en suspension ou dans la toile. Celles-ci sont différentes pour chaque capteur de rêves, alors devenu unique.

Ce sont les branches du Saule qui étaient utilisées car elles sont souples, permettant de créer un cercle, support du tissage. Le Saule est l’arbre emblématique de la Lune, de la Femme, et de l’Eau. Il est symbole de magie dans de nombreuses traditions et d’immortalité en Extrême Orient. Selon les chamans, le saule plonge ses branches dans l’eau pour rencontrer les mondes secrets.

Leur fonctionnement:

Selon la croyance populaire, le capteur de rêve empêche les cauchemars, envoyés par les esprits, d’envahir le sommeil de son détenteur. Dans la culture amérindienne, les capteurs de rêves sont accrochés du côté où le soleil se lève, afin que la lumière du jour puisse brûler les mauvais rêves qui se sont installés dans les perles et les fils de la toile. Les beaux rêves passeront à travers le trou du centre pour être conservés dans les plumes installées autour du cerceau.

Cet objet artisanal a donc avant tout une fonction protectrice puisque il s’agit d’un véritable gardien du sommeil.

Leur origine:

L’attrape-rêve nous viendrait de la culture amérindienne et plus précisément des Ojibwés, le peuple amérindien le plus important d’Amérique du Nord. Les Ojibwés sont originaires de la côte Atlantique qui deviendra plus tard la nation canadienne. Mais de nombreuses légendes, issues de différentes tribus, expliquent l’origine du capteur de rêves. Elles ont de nombreux points communs entre elles : le capteur de rêves a été transmis aux Hommes lors d’un rêve par l’araignée, sous forme animale ou de divinité.

Selon la culture huronne, les humains font tous partie du Grand Esprit, créateur de la nature et des hommes. Celui-ci nous suggère des rêves afin que nous puissions mieux nous comprendre. Le rêve est donc le véhicule qui permet l’échange entre l’Homme et le Grand Esprit. Toujours selon cette culture, le rêve est l’expression des besoins de l’âme. Le rêve permet alors de se connaître et de se libérer.

De nos jours, l’attrape-rêve s’est popularisé aux quatre coins du monde et est largement fabriqué à des fins commerciales. Acheté et utilisé comme pur objet de décoration, il perd sa dimension spirituelle. En effet, selon les Amérindiens l’attrape rêve n’est efficace que s’il est fabriqué pour soi même ou pour offrir.

Do It Yourself

Pour fabriquer votre attrape rêve vous aurez besoin de:

  • Un cercle en bois (saule) ou de métal
  • Du fil de coton ou de la laine et de la ficelle (de jute)
  • Des rubans, plumes et perles
  • Du papier, des ciseaux, une règle, de la colle forte et un feutre
  • Une grande aiguille ou aiguille à laine

Vous trouverez de nombreux tutoriels sur internet pour réaliser votre attrape rêve. Je vous en propose un ici :

Faciliter l’endormissement

Les troubles du sommeil

“Le sommeil occupe le tiers de notre vie : à 60 ans, nous avons dormi 20 ans ! Indispensable à la récupération de nos forces physiques et psychiques, il est essentiel à une bonne qualité de vie. Pourtant, à notre époque, on ne lui donne pas la place qu’il mérite. On le considère souvent comme une perte de temps. La durée moyenne de sommeil est de 8 heures, mais il y a de grands dormeurs et de petits dormeurs qui ont chacun des besoins différents surtout en fonction de leur hérédité.” www.centre-sommeil.fr

Il existe divers troubles du sommeil, dont l’insomnie. Les difficultés d’endormissement en constituent l’un des symptômes. Selon le centre de médecine du sommeil “L’insomnie est un problème majeur de santé publique puisque l’on considère que 37% des Français souffrent souvent ou très souvent de troubles du sommeil et que 19% consultent leur médecin pour ce motif.”

Les causes des troubles du sommeil sont nombreuses. Elles peuvent être pathologiques (maladies ou génétique), physiologiques (excès alimentaire, prise d’excitant ou de médicament…) mais aussi environnementale (bruit, lumière, travail de nuit…) et psychologique (dépression, stress, anxiété…)

C’est pourquoi je vous propose, dans un premier temps, des conseils pour une bonne hygiène du sommeil. Puis une série d’articles à propos des outils facilitant l’endormissement, en cliquant sur les liens.

Quelques conseils pour faciliter l’endormissement

Voici les règles à respecter d’urgence pour garantir une bonne hygiène de sommeil:

Le rituel du coucher :

      • Levez-vous et couchez-vous à des heures régulières, même le weekend !
      • Mettez en place un rituel d’avant coucher, ceci est valable pour les adultes comme les enfants ! Brossez vous les dents, changez vous, démaquillez vous, retirez vos lentilles, embrassez vos enfants, verrouillez la porte etc mais surtout veillez à le réaliser dans le même ordre.
      • Favorisez également un réveil en douceur par une douche, un peu d’exercice physique et l’utilisation de lumière forte ou de luminothérapie. Les réveils simulateur d’aube facilitent un éveil en douceur.

Un espace de sommeil adapté:

    • Dédiez une pièce ou un espace identifié pour la nuit. Afin de favoriser le sommeil, la pièce ou se trouve le lit ne doit servir qu’à dormir.
    • Trouvez une luminosité adaptée: dans le noir ou avec une lumière tamisée.
    • Eviter les écrans dont la lumière bleue stimule l’éveil du cerveau et perturbe les hormones. Privilégiez à la place des occupations relaxantes que vous aimez
    • Limitez le bruit au maximum.
    • Maintenez une température fraîche entre 18 et 22 degrés
    • Purifiez et assainissez l’air de votre chambre: aérez chaque matin, utiliser des plantes dépolluantes ou du papier d’Arménie (moins toxique que les encens) ou de la sauge.
    • Vérifiez l’état et la qualité de votre matelas et de votre oreiller.

Une bonne hygiène de vie

    • En particulier le soir, évitez les repas trop riche et l’alcool
    • A partir de 16h, fuyez les excitants: ni café, ni thé, ni Coca-Cola et évitez la vitamine C et la nicotine.
    • Pratiquez régulièrement du sport en journée. Passé 20h la pratique du sport peut retarder l’endormissement.
    • Évitez la sieste lorsque vous souffrez de difficultés d’endormissement au coucher. Et favorisez les exercices de relaxation ou une micro sieste de 10 minutes.

Et surtout, surveillez vos signes d’endormissement !

Les solutions à appliquer à la maison

Les pratiques relaxantes:

    • Le Reiki du soir
    • La méditation du soir
    • Le yoga du soir
    • La relaxation body scanning
    • Les exercices de respiration

L’aménagement de la chambre:

    • La lithothérapie
    • Le feng shui
    • Les réveils lumière et la luminothérapie
    • L’attrape rêve

Les bienfaits des plantes

      • Les tisanes
      • Les somnifères naturels
      • L’aromathérapie

Massothérapie et insomnie

Les soutiens à contacter

Si les troubles du sommeil perdurent la première chose à faire est d’en parler avec votre médecin. Si vous déterminer une cause psychosomatique, n’hésitez pas à faire appel à un psychologue. Toute activité sportive, créative ou de bien être (yoga, massage, reiki, sophrologie…) se révélera également très utile.